Des Hauts de Rouen à l’entrepreneuriat : Samy lance WeKicks, une start-up pour les amoureux de baskets

Samy-Bouguern-WeKicks-startup-baskets-sneakers-talents-des-cites


Tout a commencé par une histoire de baskets. Et jeudi 11 janvier 2018, c’est naturellement baskets aux pieds que Samy Bouguern est allé chercher son prix Talents des Cités, remis à la Maison de la Radio, à Paris. Récompensé pour WeKicks, la start-up qu’il a créée avec son ami de toujours, François Mendy, Samy propose à tous les fans de sneakers de se retrouver sur une « social marketplace », un espace où l’on peut acheter et vendre des baskets de façon sécurisée tout en s’intégrant à une communauté.


A 25 ans, l’entrepreneur, étudiant à NEOMA Business School, affiche un parcours hors du commun. Né dans le quartier des Sapins, sur les Hauts de Rouen, le jeune homme ne se voyait pas intégrer une grande école. « Je pensais qu’une école de commerce comme NEOMA BS, c’était pour les autres, je n’aurais jamais cru pouvoir y entrer, confie-t-il. Je m’étais mis des barrières tout seul. »

D’un Bac pro à l’entrepreneuriat

Pourtant, en 2012, après un Bac pro comptabilité au lycée Flaubert et une première expérience dans la grande distribution, Samy entend parler du dispositif Tremplin pour réussir, né d’un partenariat entre NEOMA Business School et Ferrero France. Grâce à ce programme qui s’adresse à des bacheliers en rupture avec le milieu scolaire, Samy intègre le Bachelor in Retail Management – ECAL de NEOMA BS.

En savoir plus sur le Bachelor Retail Management – ECAL

En 2016, l’idée de WeKicks commence à germer dans l’esprit de l’étudiant, passionné de baskets. Rapidement, il la concrétise avec l’aide de François, qu’il connait depuis l’enfance, les deux garçons ayant grandi dans le même immeuble. « L’objectif, c’est de proposer aux collectionneurs et aux passionnés de sneakers, comme nous, mais aussi aux simples amateurs, un endroit sécurisé où acheter et vendre ces baskets dont la valeur peut parfois exploser. »

En décembre, le duo participe au concours Créactifs porté par la Métropole Rouen Normandie et remporte le second prix. Et puis tout s’enchaîne : dès janvier 2017, Samy intègre l’incubateur de NEOMA BS où il bénéficie d’accompagnement et d’expertise. L’école met à sa disposition des développeurs grâce auxquels le site internet prend rapidement forme. « Ça nous a donné un véritable coup d’accélérateur », reconnait Samy.

Un porteur de projet « toujours souriant et positif »

« A l’incubateur, nous avons offert à Samy des sessions de coaching et de mentoring, nous avons mis à sa disposition des stagiaires et des développeurs et nous l’avons fait participer à différents workshops. Nous avons également financé une partie de son projet », détaille Denis Gallot, directeur du campus de Rouen et des Incubateurs de NEOMA BS.

Denis Gallot a rapidement été séduit par le projet de Samy et par le profil du jeune homme : « Samy est sympa, toujours souriant et positif, il avait une véritable envie d’entreprendre et son projet, positionné sur un marché de niche non couvert est vraiment innovant ».

En parallèle de son entrée à l’incubateur, le jeune entrepreneur multiplie les activités : à NEOMA BS, il suit un Master of Science in International Project Development, travaille avec la Fondation NEOMA et rejoint l’association Envied’sup, le programme d'ouverture sociale de l’école, destiné aux collégiens et aux lycéens de l'agglomération de Rouen. « Samy, il est speed, il est à cent à l’heure, c’est quelqu’un de dynamique et d’entreprenant », décrit son ami et associé, François, 34 ans, avec un large sourire.

En savoir plus sur le M.Sc. in International Project Development

« Il y a beaucoup de talents inexploités dans les quartiers »

En septembre 2017, le travail du duo est salué par la Fondation de France qui lui remet le prix Salavin-Fournier. Et quatre mois plus tard, WeKicks remporte le concours Talents des Cités. Depuis 15 ans, le programme, soutenu par le gouvernement, récompense des créateurs d’entreprises originaires de quartiers prioritaires, comme Samy.

« J’ai saisi toutes les occasions pour réussir et je rappelle toujours d’où je viens, relève l’étudiant. Et si cela peut inspirer d’autres jeunes qui, comme moi, viennent des quartiers prioritaires, c’est encore mieux car il y a beaucoup de talents inexploités là-bas. »
Son ami confirme : « Dans notre quartier, tout le monde connaît Samy et les gens sont contents pour lui. Ils voient qu’il a continué ses études, qu’il n’a pas lâché, c’est un exemple de réussite. »

En 2017, six projets ont été récompensés dans le cadre du concours Talents des Cités, parmi 480 dossiers et 14 finalistes. Les lauréats ont chacun remporté un chèque de 7 000 euros et bénéficient d’un accompagnement pour développer leur projet. Pour Samy et François, l’aventure s’accélère dès le 14 janvier, jour de lancement officiel de WeKicks.

La suite ? « C’est le développement maximum de la société », sourit le jeune entrepreneur, qui compte également continuer son action auprès des quartiers à travers la création de sa propre association. « Je veux promouvoir l’entrepreneuriat et faire tomber les barrières qui empêchent des jeunes de se révéler. »


Samy Bouguern, un parcours exceptionnel

1992 : naissance dans le quartier des Sapins, sur les Hauts de Rouen.
2012 : Samy intègre le Bachelor in Retail Management grâce au dispositif Tremplin pour réussir.
Fin 2016 : l’idée de WeKicks commence à germer et prend forme avec l’aide d’un ami, François Mendy.
Décembre 2016 : WeKicks remporte le second prix du concours Créactifs organisé par la Métropole Rouen Normandie.
Janvier 2017 : Samy intègre l’incubateur de NEOMA Business School et bénéficie de l’aide de développeurs.
En parallèle, il suit un M.Sc. in International Project Development.
Septembre 2017 : WeKicks reçoit le prix Salavin-Fournier de la Fondation de France.
11 janvier 2018 : WeKicks remporte le prix national Talents des Cités, réservé aux habitants des quartiers prioritaires.
14 janvier 2018 : WeKicks est officiellement lancé à l’occasion de la deuxième édition du Sneakers House au Pavillon Wagram, à Paris.

Retour